Rechercher
  • Geoffroy DAVID

L’essentiel de l'être

Il existe des tas de façons de distinguer les différentes facettes de la personne. Celle qui nous intéresse aujourd’hui, c’est la distinction entre le profond et le superficiel, entre le stable et l’évolutif, entre le vital et le non-vital, dans une recherche des éléments fondamentaux qui pourraient constituer « l’essentiel de l’être ». Autant il peut être relativement simple de distinguer les parties physiques, les organes vitaux de la personne humaine, autant il est plus complexe d’en identifier les éléments non physiques, qu’ils soient psychologiques, neurologiques, émotionnels, affectifs… Dans une approche uniquement orientée sur la notion de bien-être et d’épanouissement, voici d’une manière très simplifiée, ce que j’ai pu observer :


Force vitale + Sentiment + Cause = Energie + Conviction + Epanouissement

Si un seul de ces éléments vient à manquer ou se trouve trahi, bafoué,

le bien-être est impossible !

Qu’on le veuille ou non, les éléments de notre essentiel nous conditionnent et influencent directement notre bien-être, notre estime de nous-même et tout notre potentiel.

A quoi sert-il de le conscientiser ? Mieux vous connaitre et vous comprendre. Nourrir et incarner au lieu de subir. Transformer la sensibilité et la restriction comportementale en ressource et en conviction. L’essentiel peut alimenter : Lucidité et clairvoyance – Conviction et certitudes – Confiance et estime de soi – Satisfaction et bien-être – Réduction du nombre de conditions qu’il vous faut pour aller bien… L’essentiel vous aide aussi à vous détacher de : Doutes et regrets – Timidité et poids du regard des autres – Problème de légitimité et de mérite – Jugements et critiques – Poids et pollutions superflues…


Identifier votre Essentiel Explorer les « niveaux logiques » de votre idéal (voir schéma ci-dessous) Vous poser les bonnes questions sur vos comportements, vos sources d’émotions et d’inspirations… Vous reconnecter à ce qui est vraiment important pour vous.

6. Quelle cause je défendrai ? A quoi je contribuerai dans ce monde ? A quel type de personne j’appartiendrai ? 5. Cet environnement, ces comportements, ces capacités et ces valeurs me permettraient d’être qui ?

4. Je ferai cela pour quoi ? Qu’est-ce qui est vraiment important pour moi ? 3. Si tout était possible, je le ferai comment ? 2. Si tout était possible, je ferai quoi ? 1. Si tout était possible, je serai où ? avec qui ?


Incarner votre essentiel de vie

Clarifier vos valeurs (qu’est-ce qui est vraiment important pour vous dans chaque niveau logique)

Nourrir votre sentiment de préférence et vous entrainer à le maintenir.

Utiliser votre ancrage et votre mentor.


Nourrir et utiliser votre essentiel au quotidien

Poser votre essentiel de situation.

Utiliser le conditionnement positif.

Poser votre géographie et rééquilibrer vos domaines de vie.



L’empathie ne dépend pas de moi ou de la personne qui est en face de moi,

mais bien du niveau de connexion que j’ai avec elle.


Exemple : devant une personne qui m’agace, je peux sourire intérieurement de la voir se faire un peu mal, ou se ridiculiser (avec une petite voix du genre : c’est bien fait), pourtant si la même personne est en train de s’étouffer, je vais tout faire pour essayer de la sauver.


On voit bien la différence de rapport et de réaction entre le premier exemple qui ne touche que le superficiel et dont je peux me sentir détaché, et le deuxième exemple dont la dimension vitale me connecte à l’essentiel et m’amène naturellement à une réaction empathique. Voilà toute la différence entre vital et non-vital, entre essentiel et superficiel !


Quand je me connecte au niveau de l’être, de l’essentiel,

je ne peux être que dans l’empathie et la bienveillance.

Mon essentiel contient déjà mon chemin de vie, je dois juste m’y connecter pour le manifester :

Quel que soit mon niveau, mes capacités, mes talents,

je suis légitime car ma cause est belle et légitime !

45 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout